Scofield quitte le Christina Rose pour aider Sucre à attraper T-Bag. Mais Bellick est de la partie, bien décidé à mettre la main sur l'argent du taré sudiste. Sucre n'aide l'ancien maton que pour retrouver sa Maricruz et Michael veut que T-Bag retourne en prison. Deux hommes armés (FBI ou Cartel ?) surveillent Bagwell. Alors que la course-poursuite avec T-Bag commence, aux USA, Sara Tancredi risque une peine de 12 ans de prison pour avoir aidé les deux frères fugitifs. Paul Kellerman, lui, manque de se suicider...

Cette fois-ci, Scofield se met dans le pétrin en voulant réparer l'une de ses plus grandes erreurs : avoir participé involontairement à la fuite de T-Bag, qui a depuis à nouveau tué, notamment au Panama. Parallèlement, le Cartel donne encore une carte à jouer à Mahone, consistant à protéger le tueur et violeur pédophile. Le Mal regroupe toutes ses émanations et les comploteurs ont visiblement besoin d'un meurtrier en série. On peut se dire que cela simplifiera peut-être l'intrigue à l'avenir. Sauf qu'un Kellerman tente au contraire de se racheter.

L'enrayement de son arme lui évite la balle dans la tête. Mais il se sait condamné et décide de faire une bonne action : comme blanchir Sara et les frères et révéler au jury et au grand public la nature de la conspiration à laquelle il a participé, en homme de main zélé qui obéissait à tout par patriotisme. Le coup le plus dur porté au Cartel vient au final de quelqu'un de son camp. Et cela permet la libération d'une innocente. Mais les gentils ne sont pas sortis totalement d'affaire, avec Mahone et Kim toujours en activité.