Chaîne : FX
Par Emilie Semiramoth

Tournage en rond. Vic Mackey a toujours fasciné par sa capacité à passer perpétuellement entre les mailles du filet tendu d'un côté par ses supérieurs et de l'autre par les mafias arméniennes, mexicaines et consort. Là, rebelote, mais la ficelle semble de plus en plus grosse.

L'histoire : On avait quitté la Strike Team en piteux état. Mackey, à un poil de perdre son badge. Shane, à couteaux tirés avec Vic depuis la mort de Lem et ses magouilles avec les Arméniens. Restait plus que Ronnie (le figurant de la Strike Team) pour reprendre le flambeau. Bref la débandade jusqu'au moment où Mackey met la main sur une pile de dossiers compromettants sur tous les notables de la ville.

Notre avis : Même si la recette "peinture rouge + corps disloqués" continue à faire mouche dans le décor sordide des rues de Farmington, tout ceci manque un peu de panache. Malgré l'âpreté des crimes et le cynisme des scénaristes, le show est en train de virer aigre-doux alors qu'il est supposé faire l'effet d'un bain d'acide. Shawn Ryan, le créateur de la série, s'est laissé attendrir par la bouille rageuse de Mackey avec ses petits poings serrés et n'a pas eu le courage de laisser s'enfoncer son bad boy dans la mélasse. Pourtant la fatalité du destin de Mackey semblait scellée dès le premier épisode. Ce type-là ne pourra pas toujours s'en sortir. On est dans une tragédie grecque des temps modernes : un héros au destin inextricable qui inspire terreur et compassion. Cela ne peut donc que mal finir. Mais il semble que les dieux dans leur grande clémence aient décidé de laisser une dernière chance à Mackey. Reste à voir si celui-ci saura la saisir et jongler avec Shane, les Arméniens, les Mexicains, Claudette et Aceveda. Jusque-là Mackey a réussi à endormir tout le monde, mais il faudrait veiller à ne pas nous endormir non plus...