Par Pierre Langlais

Rencontre avec l’interprète d’Omar Little, personnage magistral de Sur Ecoute (en ce moment sur le bouquet Orange) et… figure sérielle favorite de Barack Obama !

Comment David Simon, le créateur de Sur Ecoute, vous a-t-il présenté le personnage d’Omar Little ?

Tout était résumé dans un petit texte qu’on m’a remis quand j’ai décroché le rôle : sa philosophie, son code d’honneur, le fait qu’il est un solitaire qui ne s’attaque qu’aux dealers. Il y avait aussi un mot sur son homosexualité, qui précisait qu’en aucun cas il ne devait être « féminisé. » Bref, tout y était. J’ai juste voulu apporter ma touche personnelle en en faisant un vrai gars de Baltimore, né et élevé à Baltimore, avec un style et un accent de Baltimore, pas de Brooklyn, ma terre natale.

Comment avez-vous forgé ce personnage ?

Dès le départ, je savais que je voulais qu'Omar soit différent, qu’il sorte du lot. Sur Ecoute est rempli de personnages fascinants, incarnés par des acteurs de haute volée. Je voulais qu’Omar laisse une trace. J’ai donc passé du temps dans les quartiers pauvres de Baltimore, je me suis fondu dans la masse de ces personnages qu’on voit dans la série, j’ai fait des recherches sur le dialecte local, etc. Ensuite, j’ai construit sa personnalité. Omar ne devait pas être un « mâle Alpha », le « grand méchant Omar », ce devait être un type vulnérable, sensible. Pour lui donner corps, je suis allé chercher au fond de moi, dans mes recoins les plus obscurs. J’avais toujours en tête le sentiment que je pourrais ressentir si quelqu’un tuait ma mère ou mes enfants : un mélange de douleur, de colère, d’amour et de passion.

Omar est gangster intelligent, presque un intellectuel…

Il n’a pas fini le lycée, n’est pas allé à la fac, mais ça ne l’empêche pas d’être malin. C’est un autodidacte, qui s’est construit un savoir pendant les années qu’il a passé en prison, en lisant, en passant le plus de temps possible à la bibliothèque. J’ai beaucoup appris de ce personnage, notamment de la façon dont il pouvait réagir aux situations extrêmes.

Comment définir le code qu’Omar semble suivre à la lettre ?

Omar est un gangster de la vieille école. C’est un type assez old-school. Ça fait un bon bout de temps qu’il est dans la rue, et la rue, avec le temps, a évoluée. Les règles ont changées. Pas lui. Aujourd’hui, on tue pour un oui ou pour un non. A l’époque où Omar a fait ses armes, le respect était de mise, tout le monde suivait un code de l’honneur strict. Omar est le dernier survivant d’une génération mourante.

Il semble moins réaliste que les autres personnages de la série, plus proche du super héros ou du cow-boy que du simple gangster…
Exactement. Je pense que David Simon et Ed Burns avaient l’image d’un cow-boy en tête quand ils ont créé Omar. Dans la dernière saison, il en arrive à provoquer Marlo, à lui proposer un combat à mains nues ou un bon vieux face à face de western !

Quel rôle joue son homosexualité ?

Aucun, et c’est ce qui est remarquable, c’est ce qui est beau. Omar est gay, un point c’est tout. Quand Brandon, son compagnon, est abattu, Omar le pleure comme on pleure une femme, un frère, un enfant. Quand il aime quelqu’un, il aime passionnément, et peu importe que ce soit un homme ou une femme.

- DEBUT DE SPOILER ALERT -

C’est ce côté « sans peur et sans reproche » qui va le perdre, non ?

Oui, et surtout son incapacité à contrôler sa soif de revanche et de justice. Dans la dernière saison, il revient à Baltimore pour venger la mort de Butchie (son mentor, un barman aveugle, NDLR), alors qu’il était tranquillement planqué à Porto Rico. Or, je suis certain que Butchie en personne lui aurait déconseillé de revenir…

Comment analysez-vous sa mort ? On s’attend à le voir périr sous le feu de quinze fusils, et c’est un enfant qui l’abat…

Je trouve ça magnifique et tout à fait bien vu. Le personnage principal de Sur Ecoute, c’est la ville de Baltimore. Or, ce gamin qui le descend est l’incarnation de la violence de ses rues. Les gangsters de Baltimore font leurs premiers pas à cet âge-là, comme ceux de Detroit, de Chicago, de Los Angeles et de toutes les grandes villes américaines.

- FIN DE SPOILER ALERT -

Omar est le personnage de série préféré de Barack Obama !

C’est un immense honneur ! Ça a rendu ma mère très fière de moi ! J’ai supporté sa candidature à 110%, j’ai même fait campagne pour lui dans l’Indiana et en Pennsylvanie.

Vous tournez en ce moment The Philantropist pour NBC. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Je joue l’associé du millionnaire Teddy Rist [James Purefoy, photo ci-contre, NDLR], un agent des forces spéciales, expert en armes à feu, pilote, homme à tout faire. Les deux autres vedettes de la série sont Neve Campbell et Jesse L. Martin (Law & Order).