L'emblématique éminence grise de la fiction de la Une rejoint le groupe Lagardère. Une page se tourne incontestablement pour la Première chaîne.

C'est un événement important pour la télévision française : Takis Candilis et fiction de TF1 ne seront plus synonymes puisque Lagardère annonce sa nomination au poste de directeur général délégué à la production de Lagardère Entertainment. Arrivé à TF1 en 1999 pour occuper le poste de directeur de la fiction, Candilis avait ces dernières années changé plusieurs fois de titre officiel avant de devenir finalement directeur général adjoint en charge des programmes de flux et de fiction en janvier dernier. Mais il incarnait toujours incontestablement la politique de la Première chaîne en matière de séries maison.

Bilan plutôt contrasté
A son crédit en huit de service, la lente conversion mais conversion quand même de TF1 au format 52 minutes. En ont fait les frais par exemple Navarro, dont l'abandon fut perçu comme un signe encourageant de la part de la chaîne quant à sa volonté de tourner un peu la page de la fiction française à l'ancienne. A nuancer néanmoins par exemple avec la récente "nouvelle Julie Lescaut", certes relocalisée à Paris mais demeurée fidèle au 90'.

Au débit de Takis Candilis, ses difficultés à moderniser autrement que sur la forme la fiction de la Une. Montrées du doigt des productions sous forte influence US telles RIS ou surtout L'Hopital. Cette dernière, dont l'inspiration était largement puisée du côté de Grey's Anatomy fit un four jusqu'à déclencher même l'ire du directeur général de la chaîne, Nonce Paolini, qui déclara vouloir désormais en finir avec les ersatz de séries américaines. Ces derniers mois, Takis Candilis avait aussi été vivement critiqué par un certain nombre de professionnels de l'industrie télé française. On se souvient des propos d'un Olivier Marchal dans les colonnes de Générique(s) après son départ tonitruant du tournage de la série Flics, inspirée de 36, Quai des orfèvres (voir Générique(s) n° 9).

Le départ de Takis Candilis est en tout cas une preuve de la volonté profonde de changement de TF1, de plus en plus inquiet devant l'érosion de ses parts de marché et qui n'en finit plus de voir ses historiques quitter les murs (Etienne Mougeotte, Charles Villeneuve). Côté fiction maison, en tout cas, les cartes sont entre les mains d'André Béraud, annoncé en décembre dernier au poste de directeur artistique de la fiction et qui doit entrer en fonction ce mois-ci.