Le 01/01/1971

Par Marie-Eve Constans

Passer des habits d'un croque-mort homosexuel et dépressif dans Six feet under à ceux d'un serial killer froid et cynique dans Dexter' Pas de problème pour Michael C Hall. Cet acteur touche à tout relève les défis avec aisance et dévoile à chaque interprétation une nouvelle facette de son talent.

Sur le même thème

Annuaire Dexter Annuaire Six Feet Under / Six Pieds Sous Terre
On ne peut pas dire qu’il aime la facilité… Les deux rôles qui l’ont fait connaître sont tout sauf ceux de héros consensuels ou séduisants : un croque-mort homosexuel et un serial killer. Mais ces personnages borderline étaient faits pour Michael C Hall, car ce grand acteur a le goût du risque. Après ses études d’art dramatique à l’université de New-York, il fait ses premières armes au théâtre dans MacBeth avec Alec Baldwin and Angela Bassettet Cymbeline, au New York Shakespeare Festival, puis dans Timon of Athens et Henry V au New York Public Theater. Il participe également à deux comédies musicales Bounce et le célèbre Chicago, qui inspirera un film avec Richard Gere, Renée Zellweger et Catherine Zeta-Jones. Sur les planches, Michael C. Hall y incarne le très brillant avocat Billy Flynn, qui plaide la cause de deux chanteuses meurtrières. C’est en jouant cette pièce que l’acteur rencontrera sa future épouse, Amy Spanger, avec qui il restera marié quatre ans. En tout, il s’illustre dans une douzaine de pièce d’envergure jusqu’à jouer en 1999 à Broadway dans Cabaret, une pièce mise en scène par Sam Mendes. C’est d’ailleurs ce réalisateur qui glissera le nom de Michael C. Hall au créateur de la série Six feet under, Alan Ball, trois ans plus tard. Un premier rôle régulier à la télévision ? Il n’en fallait pas plus à l’acteur pour s’affirmer.

Un gay chez les chrétiens

Le nouveau venu crève littéralement l’écran dans la peau du personnage de David Fisher. Audacieuse et novatrice, la série d’HBO cartonne durant cinq saisons et Michael C. Hall obtient une nomination aux Emmy Awards dans la catégorie « meilleur acteur de série dramatique ». Appréciée par les fans pour son humour noir sans concession et ses dialogues finement ciselés, la série rivalise de créativité et de cynisme. Elle y évoque sans rougir les tabous de la société américaine comme la sexualité, la mort, les relations familiales, la religion… Les personnages sont d’une richesse rare et chaque personnalité est source d’autant de complexité que de nuance. Michael C. Hall y campe David Fisher, un homosexuel discret et hypersensible. Dès le début de la série, le deuxième fils de la famille se débat avec ses contradictions : comment s’assumer gay quand on appartient à une congrégation religieuse traditionaliste ? Plus tard, il devra aussi faire face à une relation conflictuelle avec son Keith bien-aimé et à une agression ultra-violente. Coincé entre le business familial, les fantaisies de ses clients, ses histoires de cœur, la santé de son grand frère et les dérapages de sa sœur cadette, le personnage de David se révèle le plus génial d’une brochette déjà savoureuse.

Dans l’épisode « Une nuit de chien » (saison 4), celui où il subit le déchaînement de rage d’un auto stoppeur sadique, le comédien dévoile l’étendue de son talent. Il passe par un spectre incroyablement large d’émotions et simule à merveille les terreurs de son personnage David, quand celui-ci se retrouve avec le canon d’une arme dans la bouche ou arrosé d'essence. Inattendue et sauvage, la torture physique et psychologique marque un virage dépressif radical pour David, un virage brillamment négocié par un Michael C. Hall inspiré.