Il fallait que la guerre se termine un jour, et elle s’est soldée il y a deux cents ans à Waterloo par la défaite de Napoléon qui sera emprisonné sur l’île d’Elbe le 1er mars 1815.

Le départ forcé de Louis XVIII

La bataille de Waterloo est la dernière investit personnellement par Napoléon Bonaparte après sa prise de pouvoir en France trois mois plus tôt ayant conduit Louis XVIII à s’enfuir à Gand. Dès lors, une coalition se forme par les puissances européennes comprenant l’Angleterre, la Prusse, l’Autriche contre l’Empereur considéré alors comme un usurpateur.

Avec ses soldats fidèles, Napoléon remporte la victoire en Belgique. Il parvient également à vaincre les Prussiens et remporta une petite victoire contre les Anglais. Mais les alliées résistent, et prennent Napoléon par surprise sur la droite de  la France, notamment par l'armée Prussienne ce qui bouleversa toute sa tactique. Et cette fois, la bataille était perdue pour de bon et emportait avec elle tout l’espoir d’une restauration impériale durable.

François Régis Tézé