Par Guillaume Regourd

Le film Les Prédateurs ressort dans les salles à Paris. L'occasion de revenir sur sa déclinaison en série et plus largement sur la carrière télé des frangins Scott, les vrais : Tony et Ridley.

Le festival du film fantastique de Gérardmer qui vient de se tenir a eu la bonne idée de mettre à l'honneur le film de 1983, Les Prédateurs, première réalisation de Tony Scott. Initiative suivie d'une ressortie dans deux salles de cinéma parisiennes*. L'occasion pour les curieux de redécouvrir cet étonnant film fantastique saphique mettant en scène des vampires lancés dans un troublant ballet à trois starring Catherine Deneuve, David Bowie et Susan Sarandon. Et l'occasion pour nous de revenir sur la carrière télé du réalisateur et celle de son frère, Ridley.
Susan Sarandon dans les Prédateurs, le film.

Celle-ci est loin d'être anecdotique. Entre deux hits cinéma (en vrac pour Ridley, l'aîné, Alien, Blade Runner, Gladiator et pour Tony, Top Gun, Jour de Tonnerre, Spy Game), les deux hommes en effet prennent régulièrement le temps d'oeuvrer aussi sur le petit écran. Essentiellement de concert en tant que producteurs via leur société Scott Free.

Des images extraites des Prédateurs, la série.

Leur premier fait d'armes à la télé est justement l'adaptation des Prédateurs** en série. Plus que d'adaptation, il faudrait parler de déclinaison. Des personnages du film, nulle trace dans cette anthologie érotico-fantastique datant de 1997. Mais l'on retrouve au coeur de la série, cette "faim" qui donne son nom au long-métrage et à la série en VO (The Hunger), qu'elle soit de chair, de sensations, de pouvoir, d'argent... D'où une déclinaison d'historiettes très inégales alternant l'émouvant et le comique involontaire, le coquin émoustillant et les fautes de goût les plus navrantes. Au générique quelques signatures dont Tony Scott himself à la caméra le temps de deux épisodes mais aussi Russel Mulcahy (Highlander) et à l'écriture des poids lourds de l'édition au rayon fantastique/horreur/SF tels que Graham Masterton, Poppy Z. Brite et Harlan Ellison. Quelques acteurs appelés à la célébrité pouvaient y être aperçus comme Daniel Craig ou Marie-Josée Croze. Mais plus notables encore étaient les comédiens choisis pour jouer les maîtres de cérémonie à chaque épisode : Terence Stamp en première saison, puis... David Bowie chargé de faire revivre un peu de l'esprit du film dans la série. Tentative globalement ratée.
Depuis, outre une série de télé-réalité intitulée American Fighter Pilot, les frères Scott se sont surtout illustrés ces dernières années en produisant l'ambitieuse mais académique mini-série The Company (photo ci-dessus) pour la chaîne TNT, d'après le roman de Robert Littell. Mais aussi plus récemment une autre mini-série, The Andromeda Strain, cette fois pour A&E d'après Michael Crichton. Leur plus franche réussite demeure Numb3rs, polar de facture honorable actuellement dans sa 5e saison sur CBS. Le point commun à toutes ces productions télé ? Difficile d'y déceler leur patte de réalisateur. Encore que cela soit aussi, dans une certaine mesure, une des caractéristiques du cinéma des Scott : celui de deux frangins éclectiques voire carrément tourne-casaque dont la filmo échappe à toute tentative de classification. Pour le meilleur et pour le pire. On ne s'étonnera pas de les savoir tous deux à la prod' de l'adaptation ciné de L'Agence tous risques, prévue pour 2010 et réalisée par Joe Carnahan (Smokin' Aces/Mi$e à prix)...